• Accident

    Cliquer pour le spiritus, double-click pour écouter le prêche en occitan











     qu'es adara, mon fraire, lo moment de pregar, de klaxonar, ja que pregan pas dab los uelhs barrats, mès crebats, dab las mans juntas, mès obertas, o dab los brasses en crotz de Sent-Andriu, coma los senhals de las garas, coma los qui fan auto-stòp, pas dab marmús, mès dab crits, los crits de nòstres fraires accidentats, lo crit de las sirenas d'alarma ; pas dab los pòts mès dab las dènts, dab los caissals, pas dab los brasses o las mans, o las dènts. 
                        ¶
    Prèga dab los pès !
    as de pregària de vèspre, bolega los vèspres coma arbres roja de flors ! Pas mai cantic, sonque la canta del bandarri ! E pas de ròsas, pluèja de ròsas, mès assassinats de ròsas ! Pas de pluèja de ròsas, pas d'assassinats de ròsas, mès pluèjas vertadièras e morts vertadièrs.
    Prèga dab los pès e las mans, coma l'acrobata qui fa la ròda,
                        e vira,
    e vira talament viste que vèsin pas mès sonque ta pregària lusenta coma una ròsa e que lo cinemà te fa virar al vira-l'envers.
    ¶ Talament viste que ta pregària rassegua e fiula, e que lançada de l'eis s'ani pèrder, aquela ròda, e virar rodaire din lo void, - lo fuoc d'artifici de las glèisas escampa atal ròsas virolaires, - talament viste - amen - que ton cèrcle s'es brigalhi en un triangle.
    Òc.











    Bernard Manciet.
    Adapté à l'occitan toulousain par lenomdelarose.












    Et que c'est maintenant, mon frère, le moment de prier, de klaxonner ; car la prière n'appartient pas aux yeux clos, mais aux yeux crevés, elle n'appartient pas aux mains jointes mais aux mains ouvertes, et aux bras en croix, bras en croix de Saint-André, comme les signaux des gares, comme les bras des gens qui font de l'auto-stop ; on ne prie pas avec des murmures mais avec des cris, les cris de nos frères dans les accidents, le cri des sirènes d'alarme ; ne prie pas avec les lèvres, mais avec les dents, les molaires, non pas avec les bras, ou avec les mains, ou avec les dents. Prie avec les pieds ! Plus de prière du soir, mais secoue les soirs comme des arbres rouges en fleurs ! Plus de cantiques, mais seulement des chansons d'ivrogne ! Et pas de roses, de pluies de roses, mais des assassinats de roses ! Pas de pluies de roses, ni d'assassinats de roses, mais des pluies véritables et des morts véritables. Prie avec les pieds et les mains comme l'acrobate fait la roue,
    et tourne,
    et tourne tellement vite et qu'on ne voie plus de ta prière qu'une roue luisante et que le cinéma te fasse tourner sens dessus-dessous. Tellement vite que ta prière scie le silence et siffle, et qu'élancée de son axe cette roue aille, rôdeuse, tourner à travers le vide, - de même les feux d'artifice des églises lancent des roses tournoyantes, - tellement vite - amen - que ton cercle s'est brisé en un triangle.
    Eh, oui...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :